Objectif Faim Zéro en 2030 ? Quelle stratégie pour Solidarités International ?

Éleveur à Kabo, RCA – 2015, ©Vincent Tremeau

1. Conflit, Changement climatique et Covid 19, le trio terrible aggravant l’insécurité alimentaire et économique dans le monde

Selon les Nations Unies[1], « La faim extrême et la malnutrition restent un obstacle au développement durable et créent un piège dont il est difficile de s’échapper. La faim et la malnutrition rendent les individus moins productifs, plus enclins aux maladies et donc plus souvent incapables de gagner plus et d’améliorer leurs moyens d’existence. » Inversement, lorsque les personnes n’ont pas de sécurité économique car dépendantes d’emplois précaires ou ayant perdu leurs moyens de production, elles ne peuvent pas subvenir à leurs besoins alimentaires. 690 millions de personnes souffrent de la faim en 2020, soit 8,9% de la population mondiale (FAO). Beaucoup de ces personnes se trouvent en zone rurale et contribuent pourtant à nourrir le monde en tant qu’agriculteurs, éleveurs ou pêcheurs. Et ironie du sort, les personnes ayant accès à trop de nourriture ont tendance à la gaspiller ; selon l’ONU, chaque année, on estime qu’un tiers de tous les aliments produits, soit l’équivalent de 1,3 milliard de tonnes, finit par se décomposer dans les poubelles des consommateurs et des détaillants.

Agriculture maraîchère, Gado, Cameroun – 2019

Le Rapport Global sur les Crises Alimentaires 2020[2] a analysé les principaux facteurs contribuant à l’insécurité alimentaire et économique, et les a classés selon l’importance de leur impact sur les populations : 1) les conflits et l’insécurité, 2) les chocs climatiques extrêmes, 3) les chocs économiques. Dans une moindre mesure, les facteurs suivants aggravent également l’insécurité alimentaire et économique : maladies des cultures, du bétail et maladies humaines.

La pandémie de la Covid 19 a changé cette donne, celle-ci repassant parmi les principales causes de la faim et de la perte de revenus dans le monde. En effet, dans de nombreux pays, les restrictions de mouvement se répercutent sur l’accès à l’emploi, l’accès aux moyens de production (semences, etc.) ou encore la vente des produits. Les revenus, et par conséquent le pouvoir d’achat de nombreuses personnes, s’en trouvent ainsi fortement diminués. Par ailleurs, les différentes mesures restrictives mises en place par les gouvernements (confinement, fermeture des frontières) ont dégradé l’accès aux marchés alimentaires, l’approvisionnement des produits alimentaires sur ces marchés, qu’ils soient produits dans le pays ou importés de l’étranger, provoquant parfois une inflation des prix[3]. David Beasley, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), parle d’un risque de « pandémie de la famine » avec 270 millions de personnes concernées[4]. Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, souligne que le nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire passera de 168 millions de personnes en 2020 à 235 millions en 2021, soit une augmentation considérable de 40 %.

Les conflits et les chocs climatiques restent également bien présents en 2021 dans les principales causes affectant la sécurité alimentaire et économique de nombreuses populations. Lors des conflits, les civils sont souvent privés de leurs sources de revenus, les systèmes et marchés alimentaires sont perturbés avec pour conséquence une augmentation des prix et/ou une diminution de la disponibilité alimentaire et des produits de base et outils productifs. Les conflits empêchent les entreprises de fonctionner et fragilisent l’économie nationale. David Beasley estimait en 2017 qu’environ 60% des personnes qui ont faim dans le monde vivent en zone de conflit. 80% des budgets du PAM sont d’ailleurs alloués aux zones de guerre. Concernant les chocs climatiques (inondations, sécheresses, etc.), ils affectent les moyens d’existence des populations, notamment celles qui sont très dépendantes des ressources naturelles (agriculteurs, éleveurs). Les terres se dégradent, les récoltes sont détruites, tandis que le bétail peine à trouver de l’eau pour s’abreuver et suffisamment de pâturages. Les catastrophes naturelles impactent aussi les infrastructures productives et économiques : routes, ponts, barrages, bâtiments, réseaux d’irrigation, etc. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit que les rendements agricoles vont diminuer de 20% par décennie d’ici la fin du 21ème siècle dans certaines zones du Sahel.

Pêcheurs du village de Molo, Marsabit County, Kenya – 2016, ©Axel Fassio

2. La stratégie Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence de Solidarités International 2020-2025

Atteindre la faim zéro en 2030 comme souhaité par les Objectifs du Développement Durable semble, selon la situation précédemment exposée, un objectif inaccessible puisque les chiffres de la faim dans le monde augmentent à nouveau, alors qu’ils avaient réussi à diminuer entre 2005 et 2015[5]. Cette augmentation pourrait même s’accélérer si les crises actuelles, conflits, catastrophes naturelles, pandémies continuent à s’intensifier.

Solidarités International œuvre dans le secteur SAME (Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence) depuis sa création avec ses premières opérations d’assistance alimentaire en Afghanistan. L’objectif général de ses interventions SAME, rappelé dans sa stratégie 2020 – 2025[6], est d’assurer une sécurité alimentaire et économique durable aux populations vulnérables aux chocs politiques, socio-économiques, climatiques et sanitaires.

Selon la logique d’intervention de SOLIDARITES INTERNATIONAL (SI), nos activités SAME s’inscrivent dans 3 différentes phases d’intervention pour atteindre cet objectif :

Comment fonctionne les activités SAME ?

1) l’absorption du choc : par la couverture des besoins alimentaires et l’appui aux marchés alimentaires, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL (SI) permet de prévenir les risques de faim et de malnutrition et d’éviter aux populations d’aggraver leur vulnérabilité face à la crise.

2) le relèvement précoce : par la distribution d’intrants productifs, de l’accompagnement technique et la réhabilitation d’infrastructures économiques (reconstruction de marchés, réhabilitation de routes, drainage de champs agricoles, etc), SI contribue à la relance des activités économiques de la population.

3) la préparation et l’adaptation aux risques : l’analyse approfondie des capacités et vulnérabilités des moyens d’existence face aux chocs permet à SI de renforcer ces moyens d’existence et de les diversifier afin qu’ils soient plus résilients. A travers l’approche chaîne de valeur, SI renforce les capacités d’adaptation des acteurs tout au long des filières alimentaires et des marchés de l’emploi.

Pour 2025, la stratégie du secteur SAME se concentre sur 3 axes :

  • Développer nos capacités de réponse d’urgence, notamment en intégration avec nos réponses d’urgence Eau-Assainissement-Hygiène (EAH) pour maximiser leur impact sur les populations
  • Mieux alerter et anticiper les besoins en SAME face à des chocs chroniques par une participation aux systèmes de surveillance en sécurité alimentaire et nutritionnelle
  • Développer les capacités d’adaptation à long terme des systèmes alimentaires et économiques notamment face aux crises économiques et climatiques

SI est bien impliquée dans le cluster global en Sécurité Alimentaire co-dirigé par la FAO et le PAM, où l’association est membre du SAG (Strategic Advisory Group), le groupe consultatif stratégique[7]. Elle y porte la voix des ONGs et contribue à l’orientation stratégique de ce cluster ainsi qu’à sa redevabilité envers ses partenaires et les populations appuyées par des interventions SAME. L’objectif de SI est de mobiliser le plus d’acteurs humanitaires afin de trouver des solutions pertinentes, efficientes et durables pour contribuer au plus vite à réduire l’insécurité alimentaire et économique dans le monde.

Julie Mayans

 

Comment s’organise la recherche de qualité et d’impact des programmes à Solidarités International :

Le pôle Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence (SAME) de SI s’intègre au sein de la Direction des Opérations Adjointe aux Programmes (DOAP), aux côtés des pôles Eau/Assainissement/Hygiène (EAH) et MEAL (Suivi Evaluation Redevabilité et Apprentissage) ainsi que des référents transversaux en Approche Basée sur les Marchés et en Santé Publique. Cette Direction Adjointe est le garant de la qualité technique et méthodologique des programmes de SI. Son mandat se divise en 4 objectifs :

  • Améliorer la qualité globale des opérations de SI à travers le développement d’outils, de guides et de formations mais aussi l’appui à la formulation de logiques d’intervention et à la démonstration des impacts des interventions
  • Améliorer les compétences techniques de SI en réalisant des formations, des ateliers techniques et en développant des partenariats techniques
  • Fournir un appui technique direct aux programmes sur le terrain sur des aspects techniques spécifiques ou à des phases critiques (diagnostic des besoins, stratégie, mise en œuvre, suivi-évaluation, développement d’innovations)
  • Représenter l’expertise de SI en externe auprès des réseaux de coordination humanitaire ou d’échange d’expertise et d’apprentissage (Clusters EAH et Sécurité Alimentaire, ALNAP, global task force Choléra, Réseau Environnement Humanitaire, etc.).

 

Qui est Julie Mayans ?

Ingénieur agronome, elle travaille depuis 15 ans dans le secteur de la Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence (SAME), des réponses d’urgence au développement en Afrique, Amérique et Asie avec plusieurs ONG (SI, ACF, CARE, TGH et FICR). Elle a occupé plusieurs postes sur le terrain : Responsable Programme, Coordinateur Programmes et également Coordinatrice Régionale.

Depuis 6 ans, elle travaille au siège de Solidarités International en tant que référente technique SAME ainsi que point focal pour les thématiques Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) et Climat. Au sein du département technique, elle apporte son soutien technique aux équipes du terrain dans les différentes phases du cycle de projet (évaluation des besoins, conception des projets, mise en œuvre, suivi et évaluation). D’autre part, elle est responsable du développement et de l’opérationnalisation de la stratégie SAME de SI et des orientations techniques liés à ce secteur. Enfin, elle représente l’expertise SAME de SI en externe auprès du cluster global en sécurité alimentaire et de divers groupes de travail inter-ONG (Réseau Environnement Humanitaire, Réseau RRC, Groupe de travail Agriculture du cluster).

 


[1] Objectifs du Développement Durable, ONU

[2] Global Report on Food Crises 2020 : https://docs.wfp.org/api/documents/WFP-0000114546/download/?_ga=2.23710714.192553430.1592491272-1602702074.1572458169

[3] Pour aller plus loin, voir l’étude du groupe de travail Covid 19 du Cluster Sécurité Alimentaire : https://fscluster.org/sites/default/files/documents/lessons_from_the_wider_industry_with_respect_to_covid_19_and_impact_on_fs.pdf

[4] De plus, le rapport de la FAO « l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2020 », bien que concernant l’année 2019, estimait que la pandémie de la Covid-19 pourrait ajouter entre 83 et 132 millions de personnes au nombre total de personnes sous-alimentées dans le monde d’ici fin 2020.

[5] En dix ans, entre 2005 et 2015, le nombre de personnes sous-alimentées est passé d’un milliard à 800 millions, soit 200 millions de personnes en moins (FAO)

[6] Stratégie SAME 2020 – 2025 : https://www.solidarites.org/wp-content/uploads/2018/05/strategie-securite-alimentaire-moyens-dexistence-SOLIDARITES-INTERNATIONAL.pdf

[7] Pour plus d’informations, consulter la page internet du SAG du global Food Security Cluster : https://fscluster.org/page/gfsc-strategic-advisory-group-sag

Changement climatique : l’eau et la sécurité humaine menacées.

©Solidarités International, Somalie.

Le changement climatique menace les réserves en eau de la planète alors que cette ressource constitue un élément vital au bon fonctionnement de nos sociétés. En ce siècle qui n’est autre que celui de l’explosion démographique et de l’urbanisation, deux phénomènes eux-mêmes propices à une augmentation des besoins mondiaux en eau, l’eau est plus que jamais un enjeu central.

Notre sécurité hydrique est en péril et les chiffres sont éloquents : 80 % de la population est touchée par des formes d’insécurité hydrique alors qu’une hausse des températures entre 2,2 et 5,1 degrés est prévue1. Ce réchauffement climatique induit, d’une part, la perturbation du cycle de l’eau : l’évaporation de l’eau s’accélère et par conséquent la quantité disponible à l’état liquide diminue. D’autre part, les modèles météorologiques sont poussés à leur paroxysme : la pluviométrie est en hausse dans les hautes latitudes alors que les latitudes moyennes subissent une baisse des précipitations.

Inévitablement, ces modifications climatiques impactent notre sécurité alimentaire. Selon les chiffres du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 600 millions de personnes seront en situation d’insécurité alimentaire en raison du changement climatique d’ici 2080. Elles s’ajouteront aux 821 millions de personnes déjà touchées par le phénomène. D’ores et déjà, une importante partie des ressources en eau douce (70 % à 90 % selon les pays) est dédiée aux activités agricoles. Les besoins augmenteront pour assurer la production grandissante des biocarburants. Pourtant, les cultures, qu’elles soient pluviales ou irriguées, peinent à s’adapter à la variabilité des précipitions causée par le changement climatique. Le manque d’eau sous forme liquide est compensé par un surplus de vapeurs d’eau. Le phénomène n’est pas anodin puisqu’il explique, entre autres, l’intensification des phénomènes météorologiques extrêmes. Si les sécheresses et les inondations ne sont pas inédites, leur caractère de plus en plus imprévisible et dévastateur est une des manifestations du changement climatique.

Ces perturbations augmentent la vulnérabilité des populations et les laissent démunies face aux risques sanitaires et alimentaires. Lorsque les systèmes d’assainissement sont détruits ou insuffisants, le risque de transmission des maladies véhiculées par l’eau est aggravé. À cet égard, assurer l’accès à l’assainissement pour tous en toute sécurité est un enjeu d’avenir majeur : 80 % des eaux usées dans le monde sont actuellement rejetées dans l’environnement sans traitement. Les activités humaines sont également vectrices de pollutions de l’eau : nitrates, algues phyto-toxiques, agents pathogènes, produits chimiques divers ou encore microplastiques retrouvés dans 80 % des sources d’eau douce2. Or, l’augmentation actuelle de la température de l’eau favorise la prolifération de ces pollutions. Si les conséquences du changement climatique accentuent les inégalités et déséquilibres mondiaux, la baisse de la qualité de l’eau, elle, est un phénomène sans frontière.

À terme et selon les conclusions des experts du GIEC, notre sécurité est menacée par le changement climatique. Les déplacements climatiques motivés par la recherche de terres arables et d’eau ou provoqués par des catastrophes naturelles, concernaient 18 millions de personnes en 2018. En 2050, ce chiffre atteindra le palier de 140 millions de personnes, selon la Banque mondiale. Ces mouvements de population conjugués à la raréfaction de l’eau risquent de raviver tensions et conflits. Sans conteste, la sécurité humaine sous toutes ses facettes (hydrique, alimentaire, sanitaire, énergétique) est impactée par les altérations que connaît l’eau.

Face à ces menaces, Solidarités INTERNATIONAL intervient pour secourir les populations mises en danger par les crises tout en appelant les acteurs responsables à se mobiliser pour apporter une réponse à la hauteur des risques et n’abandonner personne.

1 5e rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 2014

2 Quality Unknown: The Invisible Water Crisis, Banque mondiale, 2019.

Par Alicia Piveteau