Coronavirus et philanthropie.

Dans ce podcast de 12 minutes en 7 questions, Antoine Vaccaro prolonge son dernier article en analysant comment la générosité du public peut se mobiliser efficacement face au COVID 19.

Il y aborde la question du gel des moyens traditionnels de collecte et annonce dans ce contexte de disruption un possible foisonnement d’initiatives pour y suppléer. De même qu’il revient sur le rôle privilégié des entreprises et des grands donateurs.

Au moment où des ONG humanitaires voient leur collecte baisser fortement alors que le « nerf de la guerre » n’a jamais été aussi important pour lutter contre le COVID 19 dans les pays en guerre les plus fragiles, il nous invite à mettre en place des pistes alternatives.

Antoine Vaccaro est l’un des meilleurs experts sur la philanthropie. Il est président du CERPHI (Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie) et de Force For Good by Faircom.

Antoine Vaccaro

Titulaire d’un doctorat en science des organisations – Gestion des économies non-marchandes, Paris-Dauphine, 1985. Après un parcours professionnel dans de grandes organisations non gouvernementales et groupe de communication : Fondation de France, Médecins du Monde, TBWA ; il préside le CerPhi (Centre d’étude et de recherche sur la philanthropie) Force For Good, by Faircom et le Fund-raising Lab. Il assume diverses fonctions bénévoles au sein d’associations et de fondations.  Il est également co-Fondateur de plusieurs organismes professionnels promouvant le financement privé des causes d’intérêt général : Association Française des fundraisers, Comité de la charte de déontologie des organismes faisant appel à la générosité publique, Euconsult, La chaire de Philanthropie de l’Essec, 2011. Il a publié divers ouvrages et articles sur la philanthropie et le fund-raising.

Se laver les mains pour éliminer le COVID 19.

©Sensibilisation lors d’une journée mondiale du lavage de mains au Mali, Solidarités International.

 

Cette infographie est issue du Joint Monitoring Programme (JMP) réalisé par l’OMS et l’UNICEF sur l’accès à l’eau et à l’assainissement dans le monde.

Cette infographie montre que dans 42 pays sur 77 régulièrement évalués, moins de la moitié de la population a accès à un lavage des mains faciles à la maison.

Or, face au COVID 19, il est essentiel de se laver les mains avec du savon plusieurs fois par jour. Comme nous le savons, c’est l’un des gestes barrière essentiels pour éviter d’être infecté par le virus et de le transmettre à ses proches.

De même qu’il est recommandé, quand ce n’est pas obligatoire, de rester autant que possible confiné chez soi et de respecter la distance d’au moins un mètre entre les personnes. Sans oublier de ne pas se serrer les mains ni de s’embrasser jusqu’à nouvel ordre !

Pour lutter contre le COVID 19, il est donc essentiel quand on n’a pas accès à l’eau à la maison, de mettre en place un service d’accès de proximité à l’eau potable afin de pouvoir se laver les mains ainsi que de nettoyer les récipients utilisés.

L’eau potable est importante, car nous savons que l’eau insalubre contient des maladies hydriques dangereuses comme le choléra, les hépatites ou la diarrhée qui peuvent être mortelles en l’absence de traitement médical.

Pour lutter contre le COVID 19, les organisations humanitaires spécialisées dans l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement ont un rôle préventif majeur pour protéger les populations de la progression du virus en les informant et en adaptant les programmes en cours contre la propagation du COVID 19.

L’association Solidarités International vient de publier à ce sujet la sixième édition du « Baromètre 2020 de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement ».

Retrouvez en français, en format pdf le Rapport WHO-UNICEF 2019.