Projet FARM, quelle efficacité face à l’insécurité alimentaire mondiale ?

Champs de blé dans le village de Spasov en Ukraine. @Liilia Moroz (CC-BY-SA-4.0)

Un mois après le début de la guerre en Ukraine le 24 février, la France dans le cadre de sa Présidence du Conseil de l’Union Européenne (UE) a proposé un cadre de coordination solidaire pour faire face à l’insécurité alimentaire mondiale engendré par le blocage des ports ukrainiens de la mer Noire et par les sanctions prises contre la Russie. Nous présentons ici à nos lecteurs et aux acteurs de l’aide les caractéristiques de cette initiative FARM (Food and Agriculture Resilience Mission) largement adopté au niveau international.

Contexte

Les conséquences de la guerre de la Russie en Ukraine sur l’insécurité alimentaire ne fait aujourd’hui plus aucun doute, et nous impacte tous. D’après le rapport sur la sécurité alimentaire mondiale publié au début de l’été 2022 par l’ONU, près d’une personne sur dix souffre de la faim. Les deux pays représentent à eux seuls environ 30% des exportations mondiales de blé. La Russie, 1er exportateur mondial de céréales depuis 2016 et l’Ukraine 1er et 4ème exportateur de tournesol et maïs, sont au cœur du système alimentaire mondial et assurent l’approvisionnement de céréales pour un grand nombre de pays, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. La flambée du coût des engrais importés et la baisse de la production à cause du conflit dérègle considérablement les systèmes d’approvisionnements et met près de 750 millions de personnes vivant dans des pays fortement dépendant des exportations russes et ukrainiennes dans une position particulièrement vulnérable. Alors que les pays africains sont très impactés, notamment du fait de leur niveau d’endettement déjà élevé, ce conflit présente aussi des risques importants pour l’Europe. En effet, le continent Européen importe d’Ukraine de l’huile de tournesol et de maïs ainsi que des engrais N (azote) et K (potassium) qui assurent la fertilisation de nos agricultures. Dans ce contexte, il est donc indispensable de renforcer le soutien au Programme Alimentaire Mondiale (PAM) et renforcer la coordination des différents acteurs pour maximiser l’impact des aides humanitaires et alimentaires.

Des femmes au Niger préparent des champs pour la saison des pluies dans le cadre d’une initiative pour lutter contre la désertification. ©CIAT

C’est dans l’optique de répondre à la crise alimentaire provoquée par la guerre en Ukraine et venir en aide aux pays impactés les plus vulnérable que l’initiative Food and Agriculture Resilience Mission (FARM) a été mis en place dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union Européenne. Ce projet voit le jour en mars 2022, suite à une réunion entre les membres du gouvernement français, les acteurs privés, les représentants du PAM et du Fonds International de Développement Agricole (FIDA), de la Commission Européenne et de la Banque Européenne d’Investissement puis endossé par l’Union Européenne, le conseil européen, les membres du G7, et l’Union Africaine. Cette réunion a ensuite permis la création d’une Coalition du secteur Privé pour la Sécurité alimentaire (CPSA) dans laquelle chacune des entreprises s’engage à assurer la mise en œuvre des missions FARM en soutenant :

  • Le secteur agricole ukrainien dans ses capacités de production et d’exportation, en cohérence avec les efforts européens
  • L’accès des pays les plus vulnérables à des denrées agricoles et alimentaires et aux intrants aux côtés du PAM
  • Le développement de capacités de production durables et de chaînes de valeur robustes dans les pays fragiles et notamment en Afrique

Liste des acteurs privés présent durant la réunion : Archer Daniels Midland, Axereal, Blue Like an Orange Sustainable Capital, Bonduelle, Bunge, Florimond Desprez, Cargill, CMA-CGM, Coface, la Compagnie Fruitière, Crédit Agricole, Danone, Géocoton, Invivo-Soufflet, Limagrain, Louis Dreyfus Company, le groupe Roullier, Vivescia, Yara et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Cette initiative s’articule autour de 3 piliers majeurs : commerce et transparence, solidarité, production durable. Ces 3 axes visent à assurer les échanges de céréales, garantir l’approvisionnement des pays vulnérables en céréales, soutenir la production agricole ukrainiennes et développer les capacités de production agricoles durables. Au sein de ses 3 piliers, 4 domaines d’actions ont été identifiés : augmenter les capacités de productions locales, encourager la consommation de produits locaux, développer les marchés locaux, et limiter le gaspillage alimentaire.

Pilier But Organisations partenaires Mesures
Pilier commercial Apaiser les tensions sur les marchés agricoles, garantir la pleine transparence des flux ainsi que des stocks et lutter contre les barrières commerciales injustifiées. OMC – exemption de mesures restrictives aux exportations pour tous les achats de la PAM
Pilier Solidarité Soutenir les capacités agricoles ukrainiennes, assurer un accès à prix raisonnable aux denrées agricoles dans les pays les plus touchés, et se préparer à pallier les effets de la guerre sur le niveau de production agricole. PAM, OCDE – initiative des “Corridors de solidarités”
Pilier Production Durable Renforcer les capacités agricoles de manière durable dans les pays les plus concernés. FIDA (en charge du secrétariat du pilier) + Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. + AFD – capitaliser et développer des initiatives existantes comme Grande muraille verte, le Programme global de développement de l’agriculture africaine de l’Union africaine (PDDAA) et Protéines Végétales, Projet d’appui au développement de la chaîne de valeur agricole

LES INITIATIVES MISES EN PLACE

  1. Exemple du partenariat FIDA-AFD au Cameroun – Projet d’appui au développement de la chaîne de valeur agricole (Pilier Production durable)

Le partenariat se déroule autour de trois axes :  un dialogue stratégique réaffirmé, le développement de synergies opérationnelles, l’identification d’opportunités de financement coordonnés. Le but de ce partenariat FIDA-AFD est, avec les autorités camerounaises, de renforcer les capacités techniques et de gestion des producteurs agricoles, la durabilité des pratiques agricoles et l’investissement durable et responsable dans le secteur. Pour cela, le groupe AFD-FIDA s’engage à renforcer le capital humain en offrant des formations professionnelles et du conseil agricole.

Ainsi, comme première contribution concrète et conjointe à l’initiative FARM, l’AFD a exprimé son intérêt à engager un dialogue conjoint avec les autorités camerounaises et le FIDA autour d’une contribution financière de cinq millions d’euros au Projet d’appui au développement des filières agricoles – Phase 2 (PADFA II).

Les habitants d’un village au Tchad face à une insécurité alimentaire grandissante. © EC/ECHO/Anouk Delafortrie (CC BY-NC-ND 2.0)
  1. Développement de l’initiative Grande Muraille Verte, PDDAA et initiative Protéines Végétales (Pilier production durable)

Initié en 2007, le projet de restauration écologique et de lutte contre l’insécurité alimentaire en Afrique, Grande Muraille Verte, vise à restaurer 100 millions d’hectares de terres dégradées. Le projet s’étale sur une bande de 8000km, du Sénégal à Djibouti (en passant par la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigéria, le Tchad, le Soudan, l’Érythrée et l’Éthiopie). La reforestation de cette région permet de lutter contre le dérèglement climatique et la désertification en favorisant le mécanisme d’évapotranspiration des plantes sur la terre. Augmenter le nombre d’arbres permet aussi de stocker du CO2. Sur le plan socio-économique, la reforestation aide pour la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. En effet, le projet est générateur d’emplois et produit des ressources alimentaires (fruits, légumes). Durant les 12 dernières années, le projet n’a pas atteint ces objectifs fixés à cause de plusieurs freins. En effet, le projet n’est pas toujours la priorité des gouvernements, souvent préoccupés par des problèmes géopolitiques, et de violences. Les pays rencontrent également un manque considérable de moyens financiers qui rend la concrétisation de l’initiative plus complexe. Ainsi, l’appui du projet FARM pour redynamiser ce projet en augmentant les moyens de financement et humains permettront aux pays de se réapproprier leur territoire de manière durable et soutenable.

Le PDDAA fait partie de l’Aspiration de l’Agenda 2063 et vise à aider les pays africains à éliminer la faim et réduire la pauvreté. Le programme, sous l’initiative FARM va être revalorisé et développé afin de favoriser la croissance économique en développant le secteur agricole par l’augmentation des crédits budgétaires nationaux pour le secteur. Le but est pour les pays africains de consacrer au moins 10% de leurs budgets nationaux à l’agriculture et au développement rural et atteindre un taux de croissance agricole d’au moins 6% par an. L’Union Africaine met en avant l’appropriation africaine et le leadership africain pour ouvrir la voie au changement agricole plus durable.

Le plan Protéines Végétales a été créé suite au lancement de l’Accélérateur de la Grande Muraille Verte en Janvier 2021 après le sommet “One Planet”. Le but de ce plan est d’accélérer la transformation des système alimentaires africains sur la base de modèles plus durables. Le développement de la culture protéagineuse contribue aux objectifs de sécurité alimentaire et au développement socio-économique de la région. L’initiative vise à renforcer les chaînes de valeurs durables des protéines végétales, avec pour but sur le long terme, une autosuffisance agricole de l’Afrique.

C’est trois actions concrètes de l’initiative FARM s’alignent dans une démarche de souveraineté alimentaire et agricole durable pour le continent africain pour réduire la dépendance aux exportation ukrainiennes et ainsi minimiser les conséquences du conflit sur le continent.

3. Corridors de solidarité

Les corridors, mis en place par la Commission Européenne, ont pour objectif principal d’aider l’Ukraine à exporter ses produits agricoles grâce à plusieurs actions concrètes et conjointes mais aussi d’importer les bien dont le pays a besoins. En mai 2022 (date à laquelle ces couloirs ont été mis en place), la commissaire aux transports de la Commission Européenne (CE), Adina Valean, annonce qu’il faudrait que 20 millions de tonnes de céréales sortent d’Ukraine en moins de 3 mois afin de libérer les capacités de stockage pour les récoltes 2022. Les solutions à court et long termes, tels que les corridors, s’organisent en coordination avec les autorités ukrainiennes et les membres de l’UE.

Dans un premier lieu, des corridors de solidarité ont été mis en place pour faciliter le franchissement des frontières entre l’Ukraine et les pays membres de l’UE. La CE a demandé de rendre disponible d’urgence des moyens de transport supplémentaire et à mettre en place une plateforme logistique de mise en relation entre les différents acteurs (EU-Ukraine Business Matchmaking Platform) ainsi que de désigner des points de contact spécifiques aux corridors appelés “guichet unique”. La CE demande également aux gestionnaires d’infrastructures de prioriser les exportations agricoles venant d’Ukraine en leur réservant des créneaux ferroviaires, aux autorités nationales de faire preuve de flexibilité pour accélérer les procédures aux points de passage frontaliers. Pour finir, la CE invite ses membres à se coordonner pour favoriser et faciliter l’entreposage temporaire des exportations ukrainiennes.

Un autre axe des corridors de solidarité se concentre sur les connexions entre les pays membres de l’UE et l’Ukraine, le but étant à moyen terme d’accroitre les capacités d’infrastructures des nouveaux corridors d’exportation et établir de nouvelles connexions d’infrastructures. Dans cette perspective, le 10 mai, des pourparlers ont eu lieu en vue d’un accord sur le transport de marchandises par route en dans les pays membres de l’UE, l’Ukraine et la Moldavie. De plus, la CE a également proposé d’étendre le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) à l’Ukraine et la Moldavie pour permettre aux deux pays d’obtenir des financements européens pour leurs infrastructures et faciliter la reconstruction d’après-guerre en Ukraine.

Le port d’Odessa en Ukraine avec des conteneurs de blé près à être exporté. @George Chernilevsky
  1. Exemption de mesures restrictives aux exportations des achats du PAM

Le 27 avril 2022, la CE a présenté une proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil, approuvé le 24 mai, pour instaurer des mesures de libéralisation des échanges sur 1 an. Trois mesures proposées sont à retenir :

  • La suspension temporaire de tous les droits de douane pour les produits industriels, les fruits et légumes soumis au système des prix d’entrée et les produits agricoles soumis à des contingents tarifaires
  • La non-perception temporaire des droits antidumping sur les importations originaires d’Ukraine
  • La suspension temporaire du régime commun applicable aux importations pour les importations originaires d’Ukraine.

Le but premier de ces mesures est de favoriser les flux commerciaux entre l’Ukraine et l’UE et créer des conditions propices au renforcement des relations économiques et commerciales en vue de l’intégration progressive du pays dans le marché de l’UE.

Pour bénéficier de ces mesures, l’Ukraine s’engage à respecter les règles d’origine des produits et des procédures, à ne pas introduire de nouveaux droits, taxes ou restrictions pour les importations originaires de l’UE (sauf si cela se justifie dans le contexte de la guerre), et à respecter les principes démocratiques, des droits de l’homme, des libertés fondamentales et du principe de l’état de droit.

Dans ce contexte, la signature d’un accord le 22 juillet à Istanbul entre la Russie et l’Ukraine sur l’exportation, à partir des ports de la mer Noire, des céréales ukrainiennes et russes, grâce aux bons offices de la Turquie et sous l’égide de l’ONU est une décision majeure qui reste à concrétiser dans la durée.

Les risques possibles du projet FARM

Si le plus important est bien l’adoption et la mise en œuvre du projet FARM, il est aussi utile d’en prévoir les risques de dysfonctionnement qui viendraient affecter son efficacité. Le conflit ukrainien et la crise alimentaire qu’il provoque, sans parler de la crise énergétique, engendre des tensions et des mesures d’adaptation entre les pays et redessinent le cadre des relations internationales.  De ce fait, le projet ne sera un succès seulement si les pays membres de l’UE s’affranchissent des incohérences qui accompagnent souvent les décisions prises par les 27 Etats membres. De plus, il y a un réel risque de dédoublement d’initiatives déjà existantes dans les secteurs alimentaires et agricoles. En effet, depuis mars, trois initiatives similaires à celle de FARM ont été lancée : l’Alliance Mondiale sur la Sécurité Alimentaire lancée par l’Allemagne (ayant la présidence du G7), la Roadmap for Global Food Security par les Etats-Unis et la Global Crisis Response Group on Food, Energy and Finance annoncé par les Nations Unies. Ces initiatives montrent l’intérêt et la nécessité de mesures concrètes contre l’insécurité alimentaire mais soulignent l’enjeu d’une bonne coordination internationale pour optimiser le projet FARM. Dans ce contexte, des organisations de la société civile font des propositions. Ainsi, dans un communiqué de presse, le CCFD – Terre Solidaire affirme que “toute vraie réponse internationale à la crise passera par davantage de régulation des marchés, plus de transparence sur les stocks privés et par une transformation profonde de notre système commercial au profit de la souveraineté alimentaire des peuples.”. Le CCFD-Terre Solidaire, en se basant sur les expériences passées du gouvernement en matière de politique agricole et alimentaire, met également en garde sur la possibilité de refaire les mêmes erreurs. L’organisation rappelle le lancement de la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition lancée par le G8 en 2012 dans une situation similaire de crise qui avait des objectifs similaires à ceux de FARM. Cependant, l’alliance s’est reposée sur des multinationales et a permis des modifications législatives libéralisant le foncier, les semences et la fiscalité au détriment des producteurs locaux. Face à son manque de résultat, ses limites et aux impacts négatifs qu’elle générait (accaparements des terres, endettement de paysans, absence de redevabilité des entreprises impliquées), Emmanuel Macron a fait le choix en 2018 de s’en retirer. Il est donc important de garder ces considérations en mémoire lors des évaluations et analyses futures de l’initiative FARM.

Les acteurs de l’aide, macro ou micro, sont concernés à des stades divers par ce projet FARM qui vise à limiter les conséquences alimentaires mondiales de la guerre en Ukraine, en particulier pour les populations des pays les plus pauvres déjà affectés par d’autres crises. Avec cet article, Défis Humanitaires entend mieux informer les acteurs de l’aide afin de gagner en efficacité pour les populations en danger. Nous vous remercions pour les témoignages et les informations que vous pourriez nous communiquer à propos de cette initiative FARM.

 

Eva Miccolis avec la collaboration d’Axel Bonnechaux.

Aide humanitaire mondiale 2021 : les chiffres et les tendances

Le Global Humanitarian Assistance Report est publié depuis maintenant plus de 20 ans par Development Initiatives.

Grâce à des données précises et nombreuses, il dresse un tableau détaillé de l’aide humanitaire internationale. Vous retrouverez ici un résumé de 4 des 5 chapitres de ce rapport, le dernier portant sur la méthodologie.

Bonne lecture !


Retrouvez ici l’accès au PDF du rapport complet de Development Initiatives.

Vous retrouverez les résumés des GHAR 2018, 2019 et 2020 sur le site de Défis Humanitaires, dans la rubrique « Études » .


Chapitre 1: Population et Crises

Ce premier chapitre dresse un bilan de l’étendue de la pauvreté dans le monde en 4 points. Le message central est que la pandémie a conjointement aggravé les besoins existants et alimenté de nouvelles crises dans des pays qui n’avaient pas besoin d’aide humanitaire, augmentant le volume total de l’aide nécessaire.

Nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté dans les États fragiles et/ou les pays à haut risque d’impact du Covid-19, 2010 vs 2020

Sources : Development Initiatives à partir du PovcalNet de la Banque mondiale, des sources nationales, du INFORM Index for COVID Risk et de l’OCDE.

  • Les personnes vivant dans l’extrême pauvreté sont de plus en plus concentrées dans des pays fragiles et à haut risque face aux impacts du Covid-19. En 2020, 66 % des personnes vivant dans l’extrême pauvreté (moins de 1.90 $ / jour) vivaient également dans un des 52 pays qualifiés de fragiles par le rapport alors qu’ils étaient 40% en 2010. La réduction de la pauvreté progresse globalement mais est très inégale et a augmenté de 8 % dans les États fragiles.

 

  • L’insécurité alimentaire aiguë affecte de manière disproportionnée les plus pauvres et a été stimulée par la pandémie. Le rapport estime ainsi que plus de 80 % des personnes vivant dans des zones en proie à une grave insécurité alimentaire vivent en dessous du seuil de pauvreté international (3,20 $ / jour).

 

  • La pandémie de Covid-19 exacerbe les crises humanitaires, avec plus de personnes dans plus de pays touchés. La pandémie a aggravé les crises existantes mais a aussi été le principal moteur des besoins humanitaires dans certains pays comme l’Iran. Le rapport estime que 243,8 millions de personnes vivant dans 75 pays ont été évaluées comme ayant besoin d’une aide humanitaire (224.9 millions dans 65 pays en 2019). Un nombre élevé de personnes dans le besoin est resté concentré dans un petit nombre de pays : plus de la moitié des personnes dans le besoin en 2021 vivaient dans seulement neuf pays.

 

  • Le nombre de personnes déplacées a augmenté pour la neuvième année consécutive pour atteindre 82,1 millions (+ 3,4 %). En 2020, 10 pays ont accueilli 54% des personnes déplacées, une proportion similaire à 2019. Beaucoup de personnes déplacées se trouvent dans des situations de déplacement durable sans possibilité de retour en toute sécurité chez elles.
    • 58 % étaient des personnes déplacées de force à l’intérieur du pays ;
    • 32% étaient des réfugiés (26,3 millions) ;
    • 5,1% étaient des demandeurs d’asile (4,2 millions) ;
    • 4,4 % (3,6 millions) étaient des Vénézuéliens déplacés à l’étranger.

20 pays avec les plus grandes populations déplacées de force et le risque d’impacts de Covid-19, 2019 et 2020

Sources : Development Initiatives à partir des données du HCR, de l’UNRWA, de l’Indice de gestion des risques (INFORM) et du Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC).

Le rapport fait également deux constats :

  • Les femmes et les filles dans les zones de conflit sont deux fois plus susceptibles de faire l’expérience de violence genrée. Cet écart risque d’augmenter avec la pandémie. L’ONU estime à 13 millions le nombre de mariages précoces d’enfants entre 2020 et 2030 en raison de la pandémie.
  • La disponibilité et la livraison des vaccins contre le covid n’ont pas été équitables et les pays connaissant une crise prolongée ont certains des taux de couverture vaccinale à dose unique les plus bas au monde (2,4% contre 12,5% dans les autres pays en développement couverts par le dispositif COVAX).

 

Chapitre 2 : Le financement de l’humanitaire et des crises au sens large

Dans ce chapitre, le rapport souligne qu’en 2020 les besoins humanitaires mondiaux ont augmenté plus rapidement que jamais, alors que la croissance de l’aide humanitaire est au point mort. Les volumes de l’aide humanitaire internationale n’avaient pourtant cessé d’augmenter au cours des années 2012 à 2018 (12% par an en moyenne), culminant en 2018 à 31,3 milliards de $.

 Aide humanitaire internationale de 2016 à 2020

Sources : Development Initiatives à partir des données du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE, le Service de suivi financier (FTS) de l’OCHA, Fonds central d’intervention d’urgence des Nations Unies (CERF) et de données pour les contributions privées.

Les besoins de financement par des appels coordonnés par les Nations Unies suivaient également une augmentation continue (+90% par rapport à 2015). Toutefois, les financements effectifs ont baissé pour la première fois en 5 ans. Sur les 38.8 milliards de $ demandés, 18.8 milliards (dont 5.7 liés au covid) n’ont pas été financés, contre 11.1 milliards en 2019.

Sur les 55 appels de 2020, seuls 7 ont reçu 75 % ou plus du financement requis. Le nombre d’appels avec moins d’un quart des besoins de financement satisfaits s’est considérablement aggravé en 2020, avec 17 appels bénéficiant d’une couverture inférieure à 25 %. En 2019, aucun appel n’a été financé à moins de 25 %.

 Financement et besoins non satisfaits, appels coordonnés des Nations Unies, 2011-2020

Sources : Development Initiatives à partir des données du FTS d’OCHA et de l’UNHCR

Les appels coordonnés par les Nations Unies ne représentent pas tous les besoins; des financements importants sont donc accordés en dehors des appels. Ainsi, en 2020, les besoins de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) ont fortement augmenté, atteignant un niveau record dépassant le milliard, tandis que le déficit de financement a continué de se creuser (couverture de 58%).

Par ailleurs, le rôle des acteurs du développement au sens large est de plus en plus important et les pays en situation de crise reçoivent désormais beaucoup plus de fonds de développement que de fonds humanitaires.

L’Aide Publique au Développement (APD) reçue par les pays en crise est ainsi passée de 47 % de l’APD totale en 2010 (51 milliards de $) à 65 % en 2019 (94 milliards de $). La proportion de l’APD déclarée comme aide humanitaire a doublé, passant de 15 % en 2010 (7,6 milliards de $) à 29 % en 2019 (27,2 milliards de $).

Aide Publique au Développement (APD) des banques multilatérales de développement aux 20 principaux bénéficiaires de l’aide humanitaire, 2010-2019

Sources : Development Initiatives à partir des données de l’OCDE

Les banques multilatérales de développement (BMD) sont devenues de plus en plus actives en contextes de crise, fournissant des volumes croissants d’APD vers les pays en crise.

Les décaissements des BMD aux 20 plus grands bénéficiaires de l’aide humanitaire ont doublé depuis 2014, passant de 5,4 milliards de dollars à plus de 10,7 milliards de $ en 2019. Cependant, la part des décaissements sous forme de subventions (grants) a réduit significativement au profit des prêts (loans).

Pour la réponse à l’épidémie, le financement total des BMD a atteint 120 milliards de $ en avril 2021 à 95 % sous forme de prêts. Le FMI a été le plus gros contributeur engageant jusqu’à présent 50,4 milliards de dollars.

Enfin, le volume total de l’APD dont l’objectif principal est la réduction des risques de catastrophe est passé de 1,4 milliard de $ en 2018 à 1,9 milliard de $ en 2019.

 

Chapitre 3 : Donateurs et bénéficiaires de financements humanitaires et des crises au sens larges

Ce troisième chapitre pose le constat principal que la plupart des donateurs gouvernementaux ont augmenté leurs contributions en 2020, mais des réductions importantes de la part d’un petit nombre de donateurs clés ont provoqué la stagnation de l’aide globale.

Le volume de l’aide humanitaire internationale des 20 plus grands donateurs publics en 2020 s’est stabilisé à 23,1 milliards de $. Comme les années précédentes, les 20 plus grands donateurs publics en 2020 ont contribué à 96 % de l’ensemble allocations d’aide humanitaire internationale. Les trois plus grands les donateurs (USA, Allemagne et  Royaume-Uni) représentaient 61 % du total contributions des donateurs.

20 principaux donateurs publics d’aide humanitaire en 2020 et variation en pourcentage par rapport à 2019

Sources : Development Initiatives à partir des données du CAD de l’OCED, du FTS de l’OCHA et du CERF.

Les donateurs apportant les contributions les plus importantes au Covid-19 ont été les États-Unis, l’Allemagne et le Japon.

Il convient également de noter que de nombreux pays donateurs ont également accueilli des exilés et que la plupart des dépenses des gouvernements à l’intérieur de leurs propres frontières ne sont pas comptabilisées. Durant l’année précédente, trois pays représentaient près des deux tiers de toutes les dépenses d’accueil de réfugiés dans le pays : l’Allemagne (29 %), les États-Unis (21 %) et la France (13 %).

Un autre indicateur important mis en avant dans ce chapitre est la proportion du revenu national brut (RNB) consacrée à l’aide humanitaire internationale car il reflète l’importance des dépenses humanitaires par rapport à la taille de l’économie d’un pays. Dans ce cadre, cinq donateurs ont fourni plus de 0,1 % du RNB sous forme d’aide humanitaire internationale en 2020, comme le montre l’infographie suivante.

20 donateurs fournissant le plus d’aide humanitaire en pourcentage du RNB, 2020

Sources : Development Initiatives à partir des données du CAD de l’OCDE, du FTS de l’OCHA, du CERF, de la Banque mondiale et du FMI.

La proportion du financement privé total provenant des particuliers continue de croître. Ainsi, en 2019, l’aide humanitaire internationale provenant de donateurs privés a augmenté de 9 %, passant de 6,2 milliards de dollars US en 2018 à un record de 6,8 milliards de $ en 2019.

Sources d’aide humanitaire internationale privée, 2015-2019

Sources : Development Initiatives à partir des données de GHA

Si l’aide humanitaire internationale totale a stagné, 112 pays ont reçu plus de 5 millions $ d’aide humanitaire alors qu’ils étaient 69 pays en 2019. Une des explications est que les 10 plus grands bénéficiaires ont reçu 57 % de tous les financements soit 13,3 milliards de $ (-11%) en 2020 alors qu’ils en avaient reçu 66 % (15 milliards) en 2019.

De plus, 1,3 milliard de $ ayant été fournis pour répondre à la pandémie ces pays ont en réalité reçu 12,0 milliards de $ pour d’autres besoins humanitaires préexistants ou émergents en 2020, soit 3,0 milliards de $ de moins qu’en 2019.

Dans l’ensemble, les pays ne figurant pas parmi les 10 principaux bénéficiaires ont reçu plus de financement en 2020 qu’en 2019, mais moins si on retire ceux destinés à la lutte contre le Covid-19.

 

10 principaux bénéficiaires de l’aide humanitaire internationale, 2019-2020

Sources : Development Initiatives à partir des données du FTS

 

CHAPITRE 4 : Financements pour l’efficacité

D’après ce chapitre, l’aide humanitaire internationale aurait été globalement fournie de la même manière en 2019 que durant les années précédentes : les organisations multilatérales ont reçu la majeure partie de leur financement de donateurs publics, et les ONG des donateurs privés.

Les canaux d’acheminement de l’aide humanitaire internationale en 2019

Source : Development Initiatives à partir des données du CAD, du FTS, du CERF et de Development Initiatives

Les acteurs locaux et nationaux sont souvent les premiers à répondre aux crises, notamment depuis la pandémie de Covid-19 et les restrictions d’accès engendrées. Les engagements pris lors du Grand Bargain, un accord entre les plus grands donateurs et agences humanitaires en 2016, prévoyait l’objectif mondial de 25 % de l’aide humanitaire internationale totale transférée aux acteurs locaux et nationaux d’ici 2020. Depuis, si les volumes absolus d’aide humanitaire internationale transmise directement aux intervenants locaux et nationaux ont augmenté, leur ampleur est très loin des attentes.

 

Financement direct aux acteurs locaux et nationaux en % du financement total

Source : Development Initiatives à partir des données du FTS

Les fonds communs sont une part de plus en plus importante du financement humanitaire en raison de leur réactivité et flexibilité. Ils se composent des CERF (Central Emergency Response Fund – Fonds central d’intervention d’urgence) et des CBPF (Country-based pooled fund – fonds communs par pays). Les contributions aux fonds communs des Nations Unies ont fortement chuté en 2020 retombant à 1,5 milliard $ alors qu’elles avaient été atteint le record de 1,8 milliard $ en 2019.

Il convient cependant de noter que la proportion de financement des CBPF aux organisations nationales continue de croître malgré la diminution absolue des CBPF.

 

 

Volume des financement des CBPFs et des CERF

Source : Development Initiatives à partir des données CBPFs de l’OCHA et CERF de l’ONU

Les « quality fund » (financements pluriannuels et non affectés par rapport au financement total) sont une autre option plébiscitée lors du Grand Bargain. Ils devaient représenter 30% de l’aide humanitaire internationale d’ici 2020. S’ils ont augmenté de manière significative en volume en 2020, ils restent, en proportion du financement total, inférieurs aux niveaux de 2016.

Financement des 9 agences de l’ONU et la proportion des financements non affectés sur le total

Source : Development Initiatives à partir des données des agences de l’ONU

Le financement pluriannuel est, selon le Grand Bargain, un financement qui dure 24 mois ou plus à compter de la date de début de l’accord de financement initial. Cette méthode de financement fournit aux agences d’exécution des niveaux de ressources prévisibles qui peuvent permettre des gains d’efficience et d’efficacité, en leur permettant de planifier à l’avance.

15 donateurs, qui ont fourni 84 % de l’aide humanitaire totale des gouvernements en 2020, ont alloué 42 % (6,5 milliards de dollars US) de leur financement humanitaire sur plusieurs années en 2020 contre 50 % (7,3 $ US milliards) en 2019.

Enfin, le volume de l’aide humanitaire en espèces et en bons (CVA) a continué de croître en 2020 dans tous les types d’organisations. Cette méthode pouvant être mise en place rapidement dans les zones adaptées a souvent été la modalité choisie pour répondre à la pandémie de Covid-19.

 

 

Financement total de l’aide humanitaire en espèces et en bons, 2015-2020

Source : Development Initiatives à partir des données du FTS et Cash Learning Partnership


Pour résumer voici les principales tendances de 2020 à retenir :

– Les besoins humanitaires sont croissants : 243,8 millions de personnes vivant dans 75 pays ont été évaluées comme ayant besoin d’une aide humanitaire. La pandémie de Covid-19 exacerbe et crée des crises humanitaires.

– Alors que les besoins humanitaires mondiaux ont augmenté plus rapidement que jamais, la croissance de l’aide humanitaire est au point mort. Le taux de couverture des appels baisse.

– La plupart des donateurs gouvernementaux ont augmenté leurs contributions en 2020, mais des réductions importantes de la part d’un petit nombre de donateurs clés ont provoqué la stagnation de l’aide globale. Dans l’ensemble, les pays ont reçu moins de financement en 2020 qu’en 2019, notamment si on retire ceux destinés à la lutte contre le Covid-19.

– La structure de l’aide humanitaire internationale reste la même : les organisations multilatérales ont reçu la majeure partie de leur financement de donateurs publics, et les ONG des donateurs privés. Les engagements sur le financement pris lors du Grand Bargain sont loin d’être atteints.

Rodolphe Rouyer

PS/ Votre don (faire un donnous permet de publier et de développer Défis Humanitaires, site gratuit et indépendant. Je vous remercie pour votre soutien.