Logistique humanitaire: une initiative originale pour l’Ukraine.

Entretien avec Nicolas Petit et Christophe Peyrichou de Bioport sur l’initiative « Ukraine Response Consortium ».

Bioport est une association loi 1901 dont le mandat est d’améliorer l’aide délivrée par les acteurs humanitaires en fournissant des services logistiques et conseils supply chain afin de minimiser les coûts et maximiser le service aux bénéficiaires. Depuis 1994, Bioport propose une mutualisation des moyens logistiques à l’international au service de ses partenaires. Dans la logique d’ONG support (H2H), Bioport travaille avec une quarantaine d’acteurs humanitaires sur tous leurs terrains d’interventions et réalise l’interface avec son réseau de prestataires logistiques. Bioport, c’est aussi une entreprise d’insertion professionnelle par l’activité logistique.

 

Défis Humanitaires : Pourquoi avoir pris cette initiative « Ukraine Response Consortium », comment est-elle composée, quels sont ses objectifs et comment ça fonctionne ? 

Nicolas Petit et Christophe Peyrichou : La crise en Ukraine a engendré une mobilisation et une sollicitation des chaines d’approvisionnements importante qui ont conduit les acteurs sensibles aux questions logistiques à se coordonner afin d’offrir de meilleurs services aux ONG intervenant sur le terrain.

Ce consortium est composé de 3 entités complémentaires sous l’acronyme BAR (Bioport, HI Atlas Logistique, RLH)

  • HI/Atlas Logistique spécialisée dans l’acheminement de l’aide humanitaire, en soutien aux organisations et au système humanitaire notamment dans la gestion du dernier km (zones rouges difficiles d’accès),
  • RLH Coop (Coopérative du Réseau Logistique Humanitaire) par la mise en réseau, le plaidoyer, la recherche d’optimisation de la logistique humanitaire à travers des actions mutualisées entre ONG,
  • Bioport par son soutien logistique aux acteurs de la solidarité, notamment sur les aspects liés aux transports internationaux.

Notre objectif est de proposer en commun via ce mécanisme une mutualisation de nos connaissances, et de nos ressources. Nous travaillons sur une capacité opérationnelle permettant de meilleurs services logistiques à ceux qui aident. Cette collaboration est portée administrativement par HI (Handicap International – Humanité & Inclusion) qui représente le consortium auprès du CDCS (Centre de crise et de soutien), bailleur de ce projet. Chacun des acteurs ayant des activités complémentaires sur ses spécialités respectives.

Au-delà d’une plus grande efficacité opérationnelle, visez-vous aussi à réduire les coûts et comment est-il possible de le démontrer ?

Bien sûr, au début de la crise, le premier défi a été d’identifier des prestataires pouvant livrer en Ukraine. En effet avec la mobilisation générale sur place et la situation sécuritaire, seuls les camions avec chauffeur ukrainien pouvaient circuler dans le pays, ce qui a limité les options au début. Mais à partir d’avril, nous avons pu inclure un nombre grandissant de prestataires afin de pouvoir sonder le marché en continu et ainsi améliorer le service en optimisant les coûts.

DEPART CONVOI POUR KRAMATORSK, DNIPRO 29 JUIN 2022 @Atlas Logistique

Le transport dans les pays traversés et de destination est-il facile ? On a vu des files de camions bloqués sur parfois 27 km à certaines frontières ?

Le transport et le passage des frontières ne nous a pas posé de problème particulier. Le gouvernement ukrainien a rapidement mis en place une démarche de passage accéléré aux frontières pour le fret humanitaire ( Modalités et procédures douanières ). L’Ukraine est un pays avec des infrastructures et des entreprises logistiques performantes. Il y a eu en effet quelques problèmes de congestion à certains moments. Mais le fait de travailler avec des prestataires ayant de l’expérience et des contacts locaux ainsi qu’une rigueur documentaire a permis d’optimiser le passage des frontières et minimiser les temps d’attente (généralement pas plus de 24h).

L’expérience du pont aérien humanitaire durant la pandémie de Covid-19 vous a-t-elle inspirée et été utile ?

Oui cette expérience nous a inspirés et elle a été très utile. Précédemment au pont aérien nous avons eu des discussions et des simulations d’affrétements partagées avec des intérêts prononcés par les différents services logistiques des sièges des ONG, afin d’engager une dynamique sur la mutualisation logistique.

L’expérience du pont aérien a permis de mettre en avant le fait qu’il fallait décloisonner les différents systèmes d’appui logistique existants et qu’il y avait des bailleurs prêts à appuyer ce type d’opérations si l’on en faisait la promotion. Il manquait avant la période COVID19, une organisation capable de porter ce type de projet et cela a permis au RLH de changer d’envergure. Ce décloisonnement, étant depuis le pont aérien acté, nous Bioport, souhaitons apporter notre concours dans les mutualisations logistiques. La mise en place de ce consortium en co-construction en est un résultat.

DECHARGEMENT PAR DES VOLONTAIRES D’UNE ONG PARTENAIRE A BAHMUT. 31 MAI 2022 @Atlas Logistique

Comment financez-vous l’action humanitaire de ce Consortium ?

L’action Humanitaire de ce consortium est financée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et plus particulièrement par le Centre De Crise et de Soutien. Le consortium et l’ensemble des activités sont couverts par ce financement depuis mai 2022 et ce jusqu’à octobre 2022.

Il est à noter que ce projet est co-financé :

  • Pour Atlas Logistique : par ECHO via le mécanisme EHRC (European Humanitarian Response Capacity)
  • Pour Bioport : par des financements émanant de la région AURA et de la fondation Bullukian sur un fonds d’urgence en réponse à la crise.

Ces financements viennent donc compléter le dispositif et sont en gestion directe par les concernés.

Avez-vous des relations avec le mécanisme EHRC d’ECHO de la Commission Européenne ? 

Comme mentionné à la question précédente, HI/Atlas Logistique est un partenaire clé de ce nouveau mécanisme EHRC de la Commission Européenne et opérationnalisé pour la première fois en Ukraine. Le RLH est un partenaire du mécanisme EHRC d’ECHO depuis le lancement du Pont Aérien Européen (EUHAB créé au début de la crise COVID, qui est maintenant pérennisé sur le long terme). Nous, Bioport, devrions échanger avec ceux-ci sous peu.

Au début de la guerre en Ukraine, on a assisté à une multitude d’initiatives d’aide de bonne volonté mais parfois peu adaptées. Ou en sommes-nous aujourd’hui ? 

En effet les donations non sollicitées ont afflué dès le début de la crise et ce phénomène habituel dans ce genre de situation a été accentué par la proximité et l’accès terrestre à l’Ukraine depuis l’Europe. Cela a contribué à engorger les chaînes d’approvisionnement, avec des biens ne répondant pas aux besoins ou déjà disponibles localement.

Bioport est habitué à accompagner de petites structures associatives dans leur logistique mais aussi dans le questionnement sur la pertinence de leurs donations. Nous avons donc développé dès le début des outils pour informer le grand public du risque des donations non sollicitées et leurs alternatives plus efficaces pour aider les populations ( Sensibilisation aux dons ). Beaucoup d’autres organisations ont eu des initiatives pédagogiques similaires. A cela, il faut rajouter que l’administration ukrainienne est toujours restée fonctionnelle et a su rapidement maîtriser les flux entrants sur son territoire.

VISITE DU COMMISSAIRE EUROPEEN JANEZ LENARCIC A L’ENTREPOT DE VINNYTSIA, 6 JUIN 2022 @Atlas Logistique

Avez-vous une idée à ce jour des quantités de produits que vous avez apportées ? 

Au niveau de Bioport sur l’acheminement de marchandises depuis l’international vers l’Ukraine, nous avons organisé l’envoi d’environ 124 Tonnes de marchandise pour une quinzaine d’organisation. Les camions sont mutualisés avec plusieurs organisations. Nous avons surtout organisé l’acheminement de produits à haute valeur ajoutée ou complexes à transporter (produits pharmaceutiques, véhicules, produits sous températures dirigées, etc..) pour lesquels il y a un besoin d’expertise logistique pour les partenaires.

HI/Atlas Logistique a ouvert 3 hubs logistiques en Ukraine : Vinnytsia, Dnipro et Kharkiv. Une trentaine d’organisations partenaires ont depuis le début de la crise bénéficié des services d’entreposages et de kitting incluant des espaces à températures dirigées (capacité de stockage mise à disposition des organisations humanitaires de plus de 6 000m2) et des services de transport (5 500 tonnes de matériels humanitaires transportés) jusqu’aux zones les plus difficiles d’accès, proches des lignes de front.

Le consortium permet d’assurer la continuité de la chaîne logistique depuis l’Europe jusqu’aux zones les plus difficiles à atteindre, et notamment l’Est de l’Ukraine, ainsi que la gratuité et l’optimisation des services logistiques au bénéfice des principaux acteurs humanitaires œuvrant en Ukraine.

Les acteurs de l’aide sont aujourd’hui nombreux en Ukraine et il vous faut choisir vos partenaires. Sur quels critères le faîtes-vous et avec quel suivi ? 

Nous avons un cadre assez strict de travail, premièrement nous vérifions par le biais de screening les partenaires et les fournisseurs. Deuxièmement nous prenons en compte les besoins des partenaires, leurs complémentarités et leurs spécificités afin de maximiser l’appui logistique qui est aujourd’hui offert dans le cadre de ce consortium. Nous n’avons à ce jour pas eu à « choisir », de plus il y a eu une logique de solidarité et d’équilibre financier sur les activités entre nos trois entités permettant de couvrir les besoins exprimés par nos partenaires terrains.

Pouvez-vous garantir que l’aide que vous transportez parvient bien aux personnes qui en ont le plus grand besoin ?

Nous apportons un soutien logistique à des organisations qui œuvrent selon les principes humanitaires de neutralité d’impartialité et d’indépendance. Nous travaillons de concert avec elles et leur faisons toute confiance quant à la pertinence de l’aide apportée dans les conditions difficiles d’une guerre.

ENTREPOT ATLAS/EHRC VINNYTSIA, 8 JUIN 2022 @Atlas Logistique

Comment voyez-vous la suite de ce Consortium pour l’Ukraine et pourrait-il être mis en œuvre ensuite vers d’autres pays ? 

Nous pensons qu’il est important qu’une continuité du projet ait lieu sur l’Ukraine. Des discussions sont en cours sur ce point. Pour ce qui est de la réplicabilité, il y a des réflexions entre les organisations à approfondir. Pour Bioport il n’y a pas de doute sur l’intérêt de ce type de modèle qui permet aux acteurs terrains de se concentrer sur les victimes tout en s’appuyant sur une logistique partagée à leur service.

Comment souhaitez-vous conclure cet entretien ? 

Peut-être par une note d’optimisme et de réalisme. Le consortium aura, à minima, permis de franchir une nouvelle étape vers plus de logistique mutualisée au service des partenaires et de la communauté humanitaire.

Ce consortium répond à un réel besoin d’optimisation des chaînes logistiques humanitaires, autant pour les OSI répondant aux crises, que pour les bailleurs institutionnels. La complémentarité des acteurs de ce consortium en fait un outil d’intervention pertinent à reproduire sur d’autres terrains d’opération.

 

Nicolas Petit et Christophe Peyrichou

Pour aller plus loin:

Bioport Logistique

Presentation de l’initiative  « Ukraine Response Consortium »

 

Nicolas Petit

Nicolas Petit a occupé différents postes dans les services logistiques siège au sein des ONG et en missions d’expatriation notamment en Afrique du Nord (Tunisie), en Afrique centrale (RCA RDC) et en Afrique de l’Ouest (Bénin, Guinée Conakry et Cote d’ivoire). De retour en France en 2011, il intègre parallèlement Bioforce en qualité de consultant formateur et Bioport au poste de logisticien, où il poursuivra son engagement en tant que chef de projet, responsable du département OSI et aujourd’hui en tant que directeur des opérations et du développement. Il a effectué des études de Logistique à Bioforce en 2008 puis un master2 en management de la Supply Chain au CNAM en 2017. Il est consulté régulièrement sur les questions de logistiques mutualisés, de mise en œuvre de flux complexes et sur les aspects liés aux transports internationaux.

Christophe Peyrichou

Christophe Peyrichou, 37 ans, est le responsable du pôle OSI de Bioport. Il gère l’équipe qui coordonne et développe les opérations de logistique internationale des partenaires de Bioport depuis 5 ans. Il a intégré Bioport d’abord comme chef de projet en 2016.

Avant Bioport Christophe travaillait dans le secteur privé en supply Chain industrielle.

Pari gagné pour le pont aérien humanitaire européen

Les partenaires du pont aérien humanitaire européen reviennent sur leur expérience avec les infographies ci-dessous et l’article qui suit.


RLH-HAB (Réseau Logistique Humanitaire – Humanitarian Air Bridge)

Lors de son passage au statut de Pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le mercredi 11 mars 2020, le virus du Covid-19 a déclenché les plus grandes inquiétudes des organisations humanitaires internationales. Les mesures prises au niveau global pour contenir la propagation du virus, notamment les fermetures des frontières et l’arrêt des opérations des compagnies aériennes, allaient avoir des conséquences majeures sur les opérations humanitaires en cours, et potentiellement créer de nouvelles crises (dues à la mobilité restreinte du personnel humanitaire et à l’impossibilité d’approvisionner les opérations).

Face à ce constat, et dans l’attente de la mise en la place d’un pont aérien de plus grande envergure par le Programme Alimentaire Mondial (PAM), les ONG s’organisent.

Dès le mois d’avril, le Réseau Informel des Directeurs des Opérations (RIDO) s’est attelé à l’identification des besoins immédiats de mouvements de personnels et le Réseau Logistique Humanitaire (RLH)[1] s’est quant à lui concentré sur les flux d’approvisionnements à destination des opérations humanitaires en cours. Rapidement, ces deux groupes se sont coordonnés entre eux et avec leurs membres pour rechercher ensemble des solutions de transports. Le Centre de Crise et de Soutien du Ministère des Affaires Étrangères Français, avec qui se coordonnent le RIDO et le RLH depuis le début de la crise, établit le lien avec la Commission européenne et son Bureau Humanitaire (ECHO). Le 20 avril 2020, le Commissaire Européen à la gestion des crises, Janez Lenarčič, annonce la mise en place d’un pont aérien humanitaire, financé par l’Union Européenne.

L’objectif de l’opération est le suivant : la coordination du Pont Aérien Humanitaire Européen (EU Humanitarian Air Bridge, HAB) permet de répondre rapidement aux besoins de transport de passagers et de matériel des acteurs humanitaires européens, sur une base de complémentarité avec les offres de transport existantes, pendant la crise du Covid-19, en lien avec les États Membres et la Commission Européenne. Concrètement, il s’agit de recueillir et consolider des besoins en transport de passagers et de matériel des organisations humanitaires européennes, identifier des liaisons non couvertes, recenser des capacités de transport, planifier des vols et assurer la coordination de l’ensemble (Partenaires – ECHO – Etats membres – Broker – Compagnies aériennes – Handlers).

Le premier vol a lieu le 8 mai 2020, au départ de Lyon et à destination de Bangui. Il transporte 73 passagers et plus de 8 tonnes de matériel, en support à 23 organisations. Suite à ce vol, la nécessité de structurer la coordination des vols apparaît de façon flagrante. Pour répondre à ce défi inédit, une équipe composée de 10 personnes détachées de 5 ONGs (Solidarités International, Action Contre la Faim, la Croix-rouge française, HI-Atlas Logistique et le Norwegian Refugee Council) est constituée.

5 mois plus tard, ce sont 42 vols, à destination de 12 pays différents qui ont été coordonnés par la cellule de coordination inter-ONG du RLH. Ces vols ont permis l’acheminement de 1 208 passagers et de plus de 780 tonnes de matériel, au profit de plus d’une centaine d’organisations.

Tout au long de l’opération, l’équipe de coordination a fait preuve d’une vigilance particulière à servir et accompagner chacune de ces 108 organisations, et notamment les plus petites.

Une étude de satisfaction menée auprès des organisations bénéficiaires des vols a permis de démontrer la pertinence d’une telle opération, et sa réussite, puisque 100% des partenaires affirment qu’ils réutiliseraient ce mécanisme. Un partenaire applaudit « une application concrète de l’approche mutualisée œuvrant pour le bénéfice de la collectivité ONG », un autre souligne que « les vols sont demandés en fonction des besoins, il y a une mise sous focus des réelles urgences de terrain par les ONG » et un dernier se félicite de la « création d’un collectif ». Il y a eu « une vraie compréhension de l’exceptionnalité de ces vols » mentionne une personne interrogée, et beaucoup de partenaires se montrent satisfaits de la valeur ajoutée de certaines des opérations EU HAB, en complémentarité de l’offre proposée par le PAM.

Avec la reprise du trafic aérien commercial à la fin de l’été, la cellule de coordination est réadaptée aux besoins : l’équipe est réduite mais une capacité de veille est maintenue, ainsi qu’une capacité opérationnelle afin d’être en mesure de réagir rapidement si besoin de vols ponctuels, et ce jusqu’à la fin de l’année 2020, grâce au soutien du CDCS notamment. Le maintien de la cellule a permis d’organiser trois vols en réponse à l’explosion à Beyrouth au mois d’août, ainsi que deux vols à destination d’Erevan en réponse à la crise arménienne plus récemment.

Le succès de cette opération a permis de démontrer la capacité des ONG à s’organiser et à faire preuve de synergie face à la crise du Covid-19. Et plus largement que la collaboration entre les ONG est le meilleur levier d’une réponse réactive et adaptée aux enjeux humanitaires.

Ce que soutient le RLH depuis sa création en 2014, à savoir que la collaboration entre les acteurs logistiques humanitaires et la mutualisation des ressources permettent d’améliorer l’efficacité opérationnelle et d’atteindre des objectifs hors de portée seul, trouve dans la réalisation de ce pont aérien humanitaire sa plus belle illustration, mettant en lumière que la coopération entre les ONG est plus que jamais nécessaire pour l’humanitaire.

 

[1] Le Réseau Logistique Humanitaire a été créé en 2014 est compte aujourd’hui 9 membres : ACTED, Action Contre la Faim France, Croix-Rouge Française, Humanité & Inclusion, Médecins du Monde, Oxfam Intermón, Plan International, Première Urgence Internationale, Solidarités International

Retrouvez les infographies au format PDF – EUHAB reporting – SOL

L’album photo du pont aérien humanitaire, c’est par ici !

La revue de presse sur le pont aérien humanitaire :

https://ec.europa.eu/echo/eu-humanitarian-air-bridge-helping-aid-reach-people-need-during-coronavirus-pandemic_en

https://ec.europa.eu/echo/what/humanitarian-aid/humanitarian-air-bridge_fr

https://ec.europa.eu/france/news/20200825/pont_aerien_humanitaire_venezuela_fr

https://www.pubaffairsbruxelles.eu/coronavirus-global-response-45-eu-humanitarian-air-bridge-flights-deliver-over-1000-tonnes-of-medical-aid-eu-commission-press/

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/05/08/coronavirus-l-union-europeenne-ouvre-un-pont-aerien-vers-la-centrafrique_6039074_3212.html

https://ue.delegfrance.org/pont-aerien-humanitaire-de-l-ue

https://ue.delegfrance.org/mise-en-place-par-l-ue-d-un-pont

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-declarations-et-communiques/article/statement-by-the-spokesperson-of-the-ministry-for-europe-and-foreign-affairs

https://www.acted.org/fr/communique-un-pont-aerien-entre-lyon-et-bangui/

https://www.handicapinternational.be/fr/actualites/un-pont-aerien-humanitaire-relie-la-belgique-et-le-congo

https://www.leconomiste.com/flash-infos/explosion-beyrouth-pont-aerien-humanitaire-de-l-ue

https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/pont-aerien-europeen-vers-RD-Congo-lutter-contre-coronavirus-2020-06-08-1201098086

https://www.ouest-france.fr/monde/centrafrique/de-lyon-bangui-un-pont-aerien-pour-perenniser-l-action-humanitaire-malgre-la-pandemie-6828302

https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/050620/l-ue-lance-dimanche-un-pont-aerien-humanitaire-avec-la-rdcongo?onglet=full

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20200508-coronavirus-ue-lance-pont-a%C3%A9rien-humanitaire-vers-centrafrique

https://www.bfmtv.com/lyon/videos/un-pont-aerien-humanitaire-mis-en-place-depuis-l-aeroport-de-lyon_VN-202005090025.html

https://fr.euronews.com/2020/05/08/coronavirus-premier-pont-humanitaire-europeen-en-direction-de-l-afrique

https://reliefweb.int/report/lebanon/liban-un-vol-du-pont-rien-humanitaire-de-lue-arrive-beyrouth-avec-des-quipements-m

https://www.leparisien.fr/international/coronavirus-un-pont-aerien-europeen-vers-l-afrique-08-05-2020-8313024.php

https://www.leprogres.fr/politique/2020/05/08/un-premier-pont-aerien-europeen-vers-l-afrique-au-depart-de-saint-exupery

https://www.lepetitjournal.net/31t-toulousain/2020/05/11/lue-met-en-place-un-pont-aerien-humanitaire/#gsc.tab=0

https://www.liberation.fr/evenement/2001/11/24/premier-pont-aerien-d-aide-humanitaire_385031

https://www.instagram.com/p/CBvhMGpHIAA/?igshid=vsryym04d6do

https://www.instagram.com/p/CBNcc8to_3d/?igshid=1b7qx8nxjmici

https://www.africaradio.com/news/de-lyon-a-bangui-un-pont-aerien-pour-perenniser-l-action-humanitaire-malgre-la-pandemie-167474

Et sur Défis Humanitaires :

Un pont aérien humanitaire face au coronavirus.

Interview de Marie Houel, coordinatrice inter-ONG du pont aérien humanitaire.

Covid-19 : les avions de la riposte.