Les Nouvelles d’Afghanistan, numéro exceptionnel

Sommaire du N°171, spécial 40 ans d’AFRANE

Des liens humains irremplaçables
par Jean-Yves LE DRIAN

QUELQUES REFLEXIONS

Une amitié à taille humaine
par Régis KOETSCHET, Ancien ambassadeur de France en Afghanistan (2005-2008)
AFRANE c’est Amitié Franco-Afghane. Mais l’amitié franco-afghane c’est beaucoup plus qu’AFRANE. Régis Koetschet évoque ici les différents moments de la relation franco-afghane bientôt centenaire.

Qu’apporte une ONG comme AFRANE ?
par Jean-Michel MARLAUD, Ancien ambassadeur de France en Afghanistan (2013-2016)
Faire passer de l’aide institutionnelle par des ONG et non pas directement d’Etat à Etat a-t-il du sens ? L’avantage d’une ONG comme AFRANE est d’apporter une réponse « proche du terrain, fine et modeste » aux besoins.

Un lien sentimental et culturel
par Zalmay HAQUANI, Professeur émérite de l’Université de Caen, ancien Ambassadeur d’Afgha­nistan en France.
Témoin des débuts d’AFRANE puis de son investissement dans l’éducation, Zalmai Haquani rappelle le contexte dans lequel l’association s’est constituée et souligne son importance «sentimentale» et culturelle dans le cadre de la relation franco-afghane.

Entre tristesse et fierté
par Eric LAVERTU, Ancien Conseiller Culturel à Kaboul. Ambassadeur de France à Sri Lanka et aux Maldives
Plus que les 40 ans d’AFRANE, ce sont aujourd’hui les 40 années de l’action humanitaire française en Afghanistan qui sont célébrées. L’espoir que l’Afghanistan retrouve une pleine souveraineté dans un climat apaisé n’a pas encore été comblé. Mais au-delà de cette tristesse, l’action accomplie peut susciter une légitime fierté.

Qu’aller chercher en Afghanistan ?
par Pierre LAFRANCE, Ambassadeur de France
Interrogé sur le point de savoir si l’action en Afghanistan d’une ONG comme AFRANE garde tout son sens, Pierre Lafrance réfléchit sur les grandes forces, les « grandes folies » qui s’affrontent de tout temps en Afghanistan comme dans le monde des hommes et en tire la conclusion que l’Afghanistan mérite attention tant il est comme le miroir du monde.

L’engagement
par Philippe BERTONECHE, ancien chef d’entreprise, président d’AFRANE
Une permanente d’AFRANE interrogée sur ce qui la séduisait dans notre association répondit : c’est l’engagement de ses membres. C’est sur ce thème que le président d’AFRANE réfléchit dans le texte qu’il a écrit pour ce dossier.

AFRANE, vue du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
Outre le message du ministre, Les nouvelles d’Afghanistan ont reçu du Quai d’Orsay ce point de vue qui résume les relations chaleureuses que le Ministère entretient avec AFRANE.

Face à l’urgence, l’art de prolonger l’attente

Suite à la 5e Conférence Nationale Humanitaire, Françoise Bouchet-Saulnier dresse le bilan des avancées obtenues par les organisations humanitaires face aux problématiques du criblage et des sanctions anti terroristes.


La préparation de la 5e CNH avait fait naitre chez les ONG humanitaires un espoir de réponse gouvernementale aux graves enjeux qui minent leur capacité d’action et leur sécurité sur le terrain. L’engagement du chef de l’Etat sur le dossier humanitaire était fort et devait permettre des avancées sur certains dossiers enlisés dans divers arbitrages interministériels.  Cette perspective a conduit à un très fort engagement des ONG pour faire des propositions très abouties sur un nombre limité de dossiers concrets.

 2 dossiers étaient apparus comme prioritaires à tous :

  • Renforcer l’application et le respect du Droit international humanitaire (DIH), qui légitime et sécurise l’action des ONG dans les terrains de conflits marqués par la préférence donnée aux lois anti-terroristes sur le DIH.
  • Lutter contre l’impunité des attaques sur les acteurs humanitaires. Cela signifie concrètement lutter contre la criminalisation de l’action de secours au regard des règles anti terroristes et punir les auteurs d’attaques contre les ONG.

Le rapport inégal entre le droit international humanitaire et le droit anti-terroriste.

Le rapport inégal entre le droit international humanitaire et le droit anti-terroriste repose sur le fait que le DIH est très faiblement inscrit dans le droit national, alors que le droit anti-terroriste y règne en maitre à travers le code pénal et des définitions de crimes très vagues.

Ce constat, et le remède à cette situation, suppose donc une volonté d’action politique capable de renforcer et clarifier le droit national et international applicable aux secours humanitaires et médicaux dans les contextes contre terroristes.

Nous avions proposé dans ce but de réparer un oubli du législateur français en inscrivant la référence au droit international humanitaire dans le code de procédure pénale française (nouvel article 689-15). Cela est légalement indispensable pour permettre aux acteurs humanitaire et aux juges de faire usage du droit international humanitaire en droit français dans leur appréciation des situations concrètes.

Nous avions également proposé l’intégration, dans le code pénal, d’une clause humanitaire au titre des infractions terroristes pour préciser que ces infractions ne s’appliquaient pas à l’action humanitaire impartiale menée dans les pays en conflit, conformément du droit international humanitaire (nouvel article 421-2-9). La proposition de décision ad hoc ou de directive du garde des sceaux nous laisse suspendu à l’arbitraire du cas par cas qui ne peut aucunement garantir notre impartialité, notre neutralité et notre sécurité sur les terrains où nous agissons.

Malgré nos demandes, contributions et attentes, il n’y a donc eu ni débat ni avancées juridiques sur ces sujets concrets. L’aveuglement politico bureaucratique continue d’ailleurs avec une nouvelle ordonnance demandant aux organisations humanitaire de trier les bénéficiaires de secours humanitaires et médicaux au regard des critères anti terroristes.

Sur quelques sujets, les propositions du Président français auront un impact positif pour les ONG.

Sur quelques sujets typiquement politiques, les propositions du Président Français auront un impact positif pour les ONG françaises. On pense notamment à l’annonce bienvenue relatives à l’augmentation du volume financier de l’aide apportée directement par la France ou via des droits de tirage spéciaux. La proposition de créer un poste d’Envoyé spécial auprès du Secrétaire Général des Nations Unies pour la préservation de l’espace humanitaire permettra également, si elle est adoptée au niveau onusien, de donner plus de visibilité à ces questions et de tester le consensus ou dissensus multilatéral qui les entoure.

A l’heure du bilan il nous est encore difficile de savoir si les différentes hiérarchies ministérielles ont fait preuve de trop de prudence et n’ont pas pu proposer au Président de la république les décisions politico-juridiques concrètes et fortes que nous attendions. Il est également possible que le Président ait préféré repousser ces décisions pour s’assurer qu’elles sont effectivement portées par les ONG, les administrations et les parlementaires. Du coté des ONG, nous n’avons pas le choix que de continuer à demander ce qui peut paraitre superflu à Paris mais est vital sur nos terrains d’action.

Françoise Bouchet-Saulnier, Directrice Juridique Internationale de Médecin Sans Frontières

Qui est Françoise Bouchet-Saulnier ?

Françoise Bouchet-Saulnier, docteur en droit et magistrate, est la directrice du département juridique international de Médecins Sans Frontières (MSF).

Elle est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’action humanitaire, le droit humanitaire et la justice internationale, notamment le Dictionnaire pratique du droit humanitaire (éd. La Découverte, 4ème édition 2013), traduit en huit langues.

Elle participe à la définition des droits et responsabilités des actions humanitaires et médicales de MSF en situation de crises et de conflit armé concernant le secours général aux populations et le secours médical aux blessés, malades et victimes de violence.

Au cours des 30 dernières années, elle a contribué au développement des politiques, des pratiques et des prises de paroles publiques de MSF sur l’action humanitaire, la défense de l’espace humanitaire, l’accès aux victimes, la protection des populations  face aux crimes de masse, et les enjeux liés aux interventions militaires internationale et à la justice pénale internationale

Mme Bouchet-Saulnier est chargée d’enseignement en master à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, à l’Institut Catholique de Paris et à la Sorbonne. Elle fait également partie du comité éditorial de la Revue internationale de la Croix-Rouge et du comité éditorial des études historiques publiées sur les grandes  « Prises de parole publiques » de MSF.


Pour en savoir plus sur la CNH :

    • Isabelle Moussard, directrice des opérations d’ACF, sur l’impact des régimes de sanction. 1:12:38.