Dakar 9ème Forum Mondial de l’Eau.

        Du 21 au 26 mars 2022. 

Déclaration de « Solidarités International ». 

Alain Boinet, fondateur, Kevin Goldberg, directeur général.

La sécurité de l’eau pour la paix et le développement est à l’ordre du jour du 9ème Forum mondial de l’eau à Dakar au Sénégal. C’est bien mais il ne suffit pas de l’afficher pour que cela coule de source comme un long fleuve tranquille !

Des populations nombreuses affrontent chaque jour l’insécurité de l’eau et ne connaissent ni la paix ni le développement. Victimes de guerres, de catastrophes, d’épidémies et confrontées à la rareté des services publics, ces populations ne peuvent compter que sur la solidarité communautaire et sur l’aide humanitaire.

Face à la mortalité due aux maladies de l’eau insalubre et considérant l’importance décisive de l’eau pour la santé, l’alimentation, le bétail, l’énergie ainsi que pour l’adaptation au changement climatique, l’accès sûr à l’eau potable pour tous doit être une priorité mondiale.

Or, nous savons tous que l’Objectif de développement durable n°6 pour l’accès universel à l’eau et à l’assainissement d’ici 2030 n’est pas sur la bonne trajectoire. Il faut pour cela quadrupler les investissements et organiser une gouvernance mondiale de l’eau. C’est un changement d’échelle et de rythme qui s’impose dorénavant. Il est urgent d’accélérer !

C’est là tout l’enjeu du 9ème Forum mondial de l’eau de Dakar pour tous les participants, pour le Sénégal, pour le Conseil Mondial de l’Eau. Nous avons collectivement un devoir de résultats à démontrer.

Plus que jamais, il nous faut penser global et agir local. Le Forum de Dakar doit être celui des solutions concrètes et celui des messages politiques clairs destinés à la Conférence intergouvernementale des Nations Unies sur l’eau en mars 2023. Ce doit être notre objectif commun car c’est là que des décisions pourront être prises.

29% de la population mondiale sans accès sûr à l’eau potable et 55% sans assainissement nous le demandent et l’attendent comme l’engagement en a été pris par 195 États aux Nations Unies en 2015.

“APPORTER UNE RÉPONSE CONCRÈTE, EFFICACE ET DURABLE AUX POPULATIONS AFFECTÉES PAR LE CONFLIT AU MALI”

Témoignage de Mahamadou Ayouba Maiga, responsable du programme “Eau, Assainissement et Hygiène” pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL au Mali

Puit du village Zoueïne commune de Tilemsi dans le cercle de Goundam au Mali Décembre 2021. @Solidarités International

Je suis ingénieur de génie rural et diplômé en gestion de projets “Eau, Assainissement et Hygiène” humanitaires de l’université 2iE de Ouagadougou au Burkina Faso. J’ai récemment rejoint SOLIDARITÉS INTERNATIONAL pour occuper le poste de responsable du programme “EAH” de l’ONG au Mali. Dans le cadre de cette mission, j’ai eu l’opportunité de coordonner et de suivre la construction/réhabilitation de systèmes hydrauliques villageois améliorés (SHVA) dans la région de Tombouctou et de Ségou au Mali. Ces projets sont financés par le Bureau for Humanitarian Assistance (BHA).

Un SHVA est une infrastructure destinée à l’alimentation en eau potable et en eau pour les animaux en milieu rural. Cette dernière comprend généralement un forage équipé d’une pompe, d’une source d’alimentation (solaire et/ou électrique), d’un réservoir et d’un petit réseau de distribution via des bornes fontaines (ainsi que, parfois, des abreuvoirs pour les animaux). Pour illustrer la pertinence de la construction/ réhabilitation de ces systèmes au Mali, je m’appuierai sur un exemple concret. Le site de Boumodi, commune de Nampalari (à moins de 30 km de la frontière mauritanienne), est un village de 1 500 habitants environ, majoritairement peuhls et grands éleveurs de bétail. Avant l’intervention de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, le village ne possédait qu’un seul puits pastoral à grand diamètre pour répondre aux besoins d’accès à l’eau potable des populations et l’abreuvement des animaux.

L’ONG y a effectué une mission de pré-ciblage de points d’eau à réhabiliter au cours de laquelle l’équipe EAH a constaté la présence d’un forage non fonctionnel et abandonné sur le site. Au regard de la taille de la population et du nombre de têtes de bétail, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé d’un commun accord avec la collectivité locale, les leaders communautaires et les services techniques de l’hydraulique de présélectionner cet ouvrage. Il a été procédé à des opérations de soufflage, d’essai de pompage et d’analyses bactériologiques et physico-chimiques. Les “APPORTER UNE RÉPONSE CONCRÈTE, EFFICACE ET DURABLE AUX POPULATIONS AFFECTÉES PAR LE CONFLIT AU MALI” Témoignage de Mahamadou Ayouba Maiga, responsable du programme “Eau, Assainissement et Hygiène” pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL au Mali 22 BAROMÈTRE 2022 DE L’EAU 8e édition, Mars 2022 BAROMÈTRE 2022 DE L’EAU 8e édition, Mars 2022 23 DÉFIS À RELEVER résultats d’analyses et les caractéristiques techniques du forage se sont avérés très appréciables (débit de 25 m3/h) et de qualité suffisante pour réaliser un SHVA.

Les animaux domestiques boivent dans l’abreuvoir du château d’eau construit par la Solidarités Internationale au village Elgar commune de Alzounoub dans le cercle de Goundam au Mali Décembre 2021. @Solidarités International

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, en collaboration avec ses partenaires, a donc équipé le forage d’une pompe solaire, d’un château d’eau d’une capacité de 20 m3, de quatre bornes fontaines et deux abreuvoirs rectangulaires afin de répondre aux besoins aigus des populations et de faciliter l’abreuvement des animaux. Notre organisation a également participé à la mise en place d’un comité de gestion de ce point d’eau. Les infrastructures sont maintenues en bon état grâce à des entretiens courants et périodiques. Le mode de paiement instauré en assemblée générale par le comité est respecté par les usagers.

Cette intervention a été possible grâce à la collaboration active des personnes bénéficiaires directes et indirectes ainsi qu’à la mobilisation des leaders communautaires, de la collectivité locale et des services techniques locaux et régionaux. Un cadre de collaboration et de partenariat a permis de définir les rôles et responsabilités de chaque partie afin de garantir une intervention efficace.

Il s’agit cependant de noter que SOLIDARITÉS INTERNATIONAL et ses partenaires ont dû relever plusieurs défis dans le cadre de cette intervention. Le premier est lié à la dégradation du contexte sécuritaire : la commune de Nampalari n’est pas loin de la frontière avec la Mauritanie et est souvent confrontée à des incursions de groupes armés. Grace à un dialogue de proximité avec les acteurs de terrain ainsi que la force et l’ancrage de ses employés locaux, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a pu mitiger les risques sécuritaires. Nous avons dû aussi faire face à des routes abîmées, rendant difficile le transport des matériels et matériaux jusqu’à Nampalari. Nous avons cependant réduit ces contraintes grâce à un travail de planification anticipée et une collaboration étroite avec les entrepreneurs locaux.

Les efforts déployés ont permis d’apporter une réponse concrète, efficace et durable aux populations affectées par le conflit au Mali.

Article publié dans la Baromètre 2022 de l’eau, l’assainissement et l’hygiène publié par Solidarités International. 

Baromètre 2022 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre don pour la publication de Défis Humanitaires

VOTRE DON