«Aller plus loin, aller plus vite !» Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau (PFE).

Jean Launay avec Brune Poirson, Secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire. ©PFE

« Le monde n’est pas sur une bonne trajectoire pour atteindre les Objectifs de Développement Durable d’ici 2030 : les financements consacrés à l’eau et à l’assainissement sont insuffisants, les structures de gouvernance sont fragmentaires et les capacités institutionnelles et humaines dans l’ensemble du secteur de l’eau sont également insuffisantes, notamment dans les pays les moins avancés ! » Rapport UN-Water 2018.

Ce constat accablant pour l’avenir dans le secteur de l’eau peut être également fait dans beaucoup d’autres secteurs: pauvreté et inégalités, sécurité alimentaire, égalité entre les sexes, modes de production et de consommation, changement climatique, biodiversité… et l’eau est un facteur nécessaire à tous ces secteurs.

Même si certains progrès ont été faits, il faut aller plus loin car le monde vivant ne pourra pas très longtemps se maintenir dans des conditions lui permettant de se développer harmonieusement et le monde humain ira tout droit vers des changements très importants risquant de conduire à des migrations de très grandes ampleurs, des conflits et des catastrophes sans précédents.

Il faut aller plus vite !

L’auteur de ce texte n’est pas « catastrophiste », mais simplement réaliste ! Il voit aussi dans ses déplacements dans le monde entier de très nombreuses initiatives pour aller vers un développement durable alliant développement économique, protection sociale et préservation de l’environnement. Beaucoup de petites lumières vertes qui lui donnent de l’espoir !

La question qu’il se pose aujourd’hui, comme beaucoup d’autres acteurs du développement durable dans le monde, est celle des leviers d’action pour accélérer ces initiatives et faciliter leur agrégation pour voir se mettre en place dans un temps nécessairement court un basculement irréversible.

Ces initiatives sont mises en œuvre dans tous les continents par de nombreux acteurs : entreprises, villes, agriculteurs, ONG, citoyens et certains Etats. Les leviers technologiques, scientifiques, financiers, juridiques… sont les plus utilisés. Mais les études les plus récentes menées par le Partenariat Français pour l’Eau sur de nombreux récits vécus sur des territoires dans le monde entier montrent que le succès est très lié à une forte volonté et une sérieuse implication de leur population.

Le changement de paradigme que nous attendons tous passe probablement par un engagement collectif des populations elles-mêmes. Ces populations sont souvent aujourd’hui bien conscientes des importants défis à relever et demandent des transitions justes.

Les Etats ont un rôle particulier à jouer du fait des politiques publiques qu’ils décident et qui orientent fortement les évolutions des sociétés. Aujourd’hui, ils ne jouent pas suffisamment le rôle qui devrait être le leur en faveur du développement durable et de l’eau en particulier.

Au-delà des actions menées auprès des décideurs, en particulier les Etats, il semble donc incontournable de s’adresser au plus grand nombre en leur donnant des clés pour faire pression sur ces décideurs et d’utiliser les nombreux outils digitaux à notre disposition.

La réussite repose aussi beaucoup sur les comportements de chacun de nous et ces comportements doivent impérativement changer.

Faisons partager le fait que nos désirs sont infinis, qu’ils changent en permanence et qu’ils ne pourront jamais être satisfaits durablement. Faisons comprendre que nous sommes tous reliés et que ce qui se passe dans une partie de la planète impacte les autres parties.

Agissons auprès de nos responsables pour qu’une enceinte politique dédiée à l’eau soit mise en place au sein des Nations unies et pour que l’eau devienne une véritable priorité des politiques nationales.

Ceci est vrai pour notre pays aussi. Bien que l’eau et l’assainissement soient reconnus comme des priorités dans la politique internationale de la France, y compris dans les situations d’urgence et de conflits, comment comprendre que les principaux ministères concernés ne disposent quasiment plus de moyens humains dédiés à ces sujets ? Comment expliquer que plus d’un million de personnes en France métropolitaine et d’outre-mer n’a pas accès à l’eau potable, que 40% des installations d’assainissement autonome sont non conformes et que 56% des masses d’eau n’atteignent pas l’objectif du bon état écologique !

Agissons ensemble pour que ces situations changent le plus rapidement possible. Nous avons tous une responsabilité !

Promouvons pour cela et à tous les niveaux l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de Développement Durable adoptés en 2015, qui fixent un cap ambitieux et constituent une formidable boite à outils opérationnelle pour aider tous les décideurs, en premier lieu les Etats, y compris le nôtre.

C’est sur ces bases qu’agissent collectivement le Partenariat Français pour l’Eau* et ses 200 membres publics et privés ! Pour aller plus loin, pour aller plus vite !

Par Jean Launay.

Le site du PFE : www.partenariat-francais-eau.fr
La biographie de Jean Launay : ici

Article à paraître prochainement dans le Baromètre 2019 de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement de Solidarités International

*Le Groupe Urgence du Partenariat Français pour l’Eau.

Le Groupe urgence du PFE, coordonné par les ONG Action Contre la Faim, Secours Islamique France, Solidarités International et le secrétariat du PFE, a récemment réuni une trentaine d’acteurs de l’eau dont l’AFD, Bioforce, la Fondation Veolia, la Croix Rouge Française, la Mairie de Paris, Aquassistance, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse,…. Avec pour objectif de renforcer ses capacités d’action en lien avec le Global Wash Cluster à Genève.

L’objectif est triple face aux conflits et catastrophes : mieux se coordonner dans l’action, partager et valoriser l’expertise, réaliser un plaidoyer en France et à l’international.

Dans ce but, le Groupe Urgence prépare un plan d’action sur 3 ans avec des échéances majeures comme la Journée Mondiale de l’Eau, la relation avec les pouvoirs publics en France, la Semaine de l’Eau à Stockholm, la COP annuelle sur le climat et l’eau et le 9ème  Forum Mondial de l’Eau à Dakar en mars 2021.

 


Pour recevoir notre lettre d’information à chaque édition, abonnez-vous sur : ici !